Close

Catégories de Blog

Derniers Posts

Eclairage Leds - Système clef en main
Un de nos clients nous a fait le plaisir de nous présenter via quelques photos sa magnifique installation. Il dispose...
le fév 25, 2017 | par Cédric Courbois
Grippe Aviaire, tous rassemblements interdits en Belgique
Ce 01 février 2017, le virus H5N8 de la grippe aviaire a été identifié chez un détenteur hobbyiste dans la commune de...
le fév 2, 2017 | par Cédric Courbois
Les nichoirs pour oiseaux de la nature
Certains oiseaux construisent leur nid sur les branches ou à même le sol. Réservez-leur des arbres et des buissons...
le nov 20, 2016 | par Cédric Courbois

Grippe Aviaire, tous rassemblements interdits en Belgique

Posté le: fév 2, 2017 | Auteur: Cédric Courbois | Catégories: Actualités

Ce 01 février 2017, le virus H5N8 de la grippe aviaire a été identifié chez un détenteur hobbyiste dans la commune de Lebbeke en Belgique. Le caractère hautement pathogène de cette souche doit encore être confirmé. Suite à cette situation, les mesures de prévention obligatoires contre la grippe aviaire ont encore été renforcées.

Grippe Aviaire, tous rassemblements interdits en Belgique

Toutes les volailles, y compris les ratites, et autres oiseaux captifs des professionnels et des amateurs doivent être confinés ou protégés (filets) de façon à éviter les contacts avec les oiseaux sauvages.

Tous les rassemblements de volailles et autres oiseaux captifs ainsi que les marchés sont interdits.

Pour rappel, depuis le 10 novembre 2016, une période de risque accru est d’application sur tout le territoire et les mesures de prévention avaient déjà été renforcées. Ces mesures sont toujours d’application :

  • Les volailles d’exploitations avicoles enregistrées doivent être confinées ou protégées de façon à éviter les contacts avec les oiseaux sauvages.
  • Le nourrissage et l’abreuvement des volailles et des autres oiseaux captifs doit se faire à l’intérieur ou de façon à rendre impossible le contact avec les oiseaux sauvages.
  • Il est interdit d’abreuver les volailles et les autres oiseaux captifs avec de l’eau de réservoirs d’eaux de surface ou l’eau de pluie accessibles aux oiseaux sauvages, à moins que cette eau ne soit traitée pour garantir l’inactivation des virus éventuels.

Ces mesures avaient été prises suite à l’apparition, fin octobre 2016, du virus de la grippe aviaire du type H5N8 en Europe. Ce virus se propage par l’intermédiaire des oiseaux migrateurs, en particulier les oiseaux aquatiques dans leur migration vers le sud. Le virus est très pathogène et touche aussi bien les volailles que divers oiseaux sauvages. Jusqu’à présent, des foyers dans des exploitations avicoles ont été constatés dans les pays européens suivants : France, Pays-Bas, Allemagne, Autriche, Royaume-Uni, Italie, Danemark, Suède, Croatie, Pologne, Tchéquie, Slovaquie, Hongrie, Grèce, Serbie, Bulgarie, Roumanie et Ukraine. Dans tous ces pays, ainsi qu’en Suisse, en Irlande, en Finlande, en Slovénie et en Espagne, des contaminations chez les oiseaux sauvages aquatiques ont en parallèle été mises en évidence.

Le virus H5N8 est une souche hautement pathogène « classique ». Il peut se propager rapidement et il est responsable de fortes morbidité et mortalité chez les poulets et les dindes. Pour ce virus, il n’y a pas encore eu de cas humains rapportés.

Mesures d’application dans tout le pays (Belgique)


1. Les volailles et les autres oiseaux captifs des professionnels et des amateurs, y compris les ratites, doivent être confinés ou protégés de façon à éviter les contacts avec les oiseaux sauvages.
2. Les rassemblements de volailles et/ou d’autres oiseaux captifs sont interdits.
3. Les marchés de volailles et/ou d’autres oiseaux captifs sont interdits.
4. Le nourrissage et l’abreuvement des volailles et des autres oiseaux captifs doivent se faire à l’intérieur ou de façon à rendre impossible le contact avec les oiseaux sauvages.
5. Il est interdit d’abreuver les volailles et les autres oiseaux captifs avec l’eau de réservoirs d’eaux de surface ou l’eau de pluie accessibles aux oiseaux sauvages, à moins que cette eau ne soit traitée pour garantir l’inactivation des virus éventuels.
6. En dehors des zones à risque, l’accès à tout endroit où sont détenus des volailles ou d’autres oiseaux captifs est interdit à tout véhicule, toute personne et tout matériel qui, dans les 4 jours précédents :
- soit a été en contact avec des volailles ou autres oiseaux captifs détenus dans une zone à risque située sur le territoire national ou à l’étranger,
- soit s’est rendu dans un endroit où sont détenus des volailles ou d’autres oiseaux captifs, dans une telle zone à risque.
Cette interdiction n’est pas d’application pour le personnel de l’Agence alimentaire et pour d’autres autorités compétentes ni pour les personnes travaillant pour le compte de celles-ci, à condition qu’ils respectent les dispositions d’hygiène fixées par l’Agence alimentaire.
7. Tout moyen de transport et matériel servant pour le transport de volailles, d’autres oiseaux captifs, d’oeufs à couver ou d’oeufs de consommation doit être nettoyable et désinfectable ou à usage unique. Il doit être nettoyé et désinfecté avec un biocide autorisé après chaque transport et chaque collecte.
8. Tout moyen de transport et matériel servant pour le transport de volailles, d’autres oiseaux captifs, d’oeufs à couver ou d’oeufs de consommation dans un pays tiers ou dans une zone à risque située en dehors de la Belgique, doit être nettoyable et désinfectable ou à usage unique.
Le nettoyage et la désinfection doivent être effectués sans délai et au plus tard dans les trois jours ouvrables qui suivent le retour sur le territoire belge ou avant d’entrer dans un lieu où des volailles ou d’autres oiseaux captifs sont détenus, au moyen d’un biocide autorisé, sous la surveillance d’un vétérinaire agréé, désigné par l’UPC concernée.
Le nettoyage et la désinfection sont effectués suivant les consignes de l’UPC (cf. la procédure 1243484 – nettoyage et désinfection des véhicules en provenance de zones à risque).
9. Chaque maladie ou mortalité anormale chez les volailles doit immédiatement être examinée par le vétérinaire d’exploitation ou un vétérinaire agréé. Si lors de cet examen, le vétérinaire d’exploitation ou le vétérinaire agréé ne peut pas exclure l’influenza aviaire, il est tenu d’en informer immédiatement le vétérinaire officiel.
10. Dans les cas suivants, il est interdit d’instaurer un traitement thérapeutique chez les volailles si des échantillons n’ont pas auparavant été transmis à une association en vue d’une analyse de laboratoire :
- une réduction de la consommation normale d’eau et de nourriture de plus de 20 %;
- un taux de mortalité de plus de 3 % par semaine;
- une chute de ponte de plus de 5 % pendant plus de deux jours;
- signes cliniques ou lésions post-mortem révélateurs de l’influenza aviaire.


Mesures d’application dans les exploitations avicoles


Les mesures suivantes sont d’application dans chaque exploitation avicole enregistrée et dans chaque couvoir :
1. Des pédiluves de désinfection contenant un biocide autorisé doivent être placés aux entrées et sorties de chaque poulailler et de l’exploitation.
2. L’accès à un poulailler ou un couvoir est interdit à toute personne n’appartenant pas à l’exploitation. Le responsable prend toutes les mesures nécessaires à cet effet. Cette interdiction n’est pas d’application pour :
- le personnel nécessaire à la gestion de l’exploitation;
- le vétérinaire d’exploitation;
- le personnel de l’Agence alimentaire et les personnes qui travaillent sous ses ordres;
- le personnel d’autres autorités compétentes et les personnes qui travaillent sous leurs ordres.
Ces personnes sont tenues de mettre des bottes et des vêtements ou survêtements de l’exploitation avant d’entrer dans le poulailler ou le couvoir et de prendre toutes les mesures nécessaires afin d’éviter toute dispersion du virus de l’influenza aviaire.
3. Tout responsable doit tenir à jour un registre des visites qui reprend la date et l’heure de la visite, le nom et l’adresse du visiteur, la plaque du véhicule, le motif de la visite ainsi que l’entrée ou non dans les étables. Dans ce registre, toute personne pénétrant dans le poulailler ou le couvoir est inscrite par ordre chronologique.
Le vétérinaire d’exploitation doit dater et signer ce registre à chaque visite.


Mesures complémentaires d’application dans une zone naturelle sensible


1. Les canards et les oies doivent être séparés des autres volailles.
2. L’Agence alimentaire peut prescrire des examens cliniques, pathologiques, sérologiques ou virologiques supplémentaires.
Une description de ces zones est consultable sur le site internet www.afsca.be ou est disponible sur simple demande à l’Agence alimentaire.

Vaccination
La vaccination est interdite.

Source: Afsca

Commentaires (0)

Pas de commentaires

Ajouter commentaire

Vous devez vous connecter pour ajouter des commentaires.

Close